L'imaginaire de la fée par l'ange

Solitude

12 Mars 2017 , Rédigé par Stéphane

Solitude
Envie de pleurer...
Je m'invente des images,
loin du tournis des réalités.
J'en oublie l'orage.

Je m'accroche à un rêve
qui trouble ma vue,
et les lumières froides de Genève
arrivent imprévues.
 
Ca sent bon le café
et le piano de Duke Ellington
en ce dernier soir pluvieux d'été
qui meurt devant l'automne. arrivent imprévues.

Ca sent bon le café
et le piano de Duke Ellington
en ce dernier soir pluvieux d'été
qui meurt devant l'automne.

Partager cet article

Commenter cet article